Un contrôle technique pour les scooters et motos dès 2022 ?

Il semblerait que la France souhaite imposer un contrôle technique pour les motocyclettes, scooters et même quads d’ici 2022. Cela ne serait pas une mesure inédite en Europe car la France serait dans les derniers pays à imposer cette mesure et introduire ce contrôle. L’objectif est de mettre en place cette mesure d’ici 2022. Vous avez donc encore un peu de temps pour vous mettre en conformité.

Ce contrôle impliquerait, à l’instar du contrôle technique automobile, de faire vérifier les dispositifs de sécurité des deux roues tels que les freins, éclairage, pneus, direction, structure du châssis, pollution sonore et émissions. Ces points seraient contrôlés dans un centre agréé. Comme pour les quatre roues, ce contrôle devrait être effectué tous les 2 ans pour les véhicules de plus de 4 ans.

Un contrôle technique pour les deux roues en projet depuis 2007

C’est un projet qui peine à avancer. En 2008, le Conseil des Ponts et Chaussées publie un rapport pour encourager la mise en place de cette mesure mais cela n’a pas grandement fait bougé les choses. Ce n’est qu’en 2015 que le Comité interministériel de la sécurité routière vote pour une entrée en vigueur du contrôle techniques pour les deux roues à partir de 2017. Face à la grogne des motards, la réforme a été abandonnée avant sa mise en place. Cependant, on a pu voir la Belgique, également opposée à cette réforme, finir par céder et adopter un contrôle technique pour les deux roues à partir de janvier 2022. La France pourrait donc finir par suivre cette voie malgré de fortes remontrances des concernés.

Des motards déjà au fait des problématiques de sécurité

Selon le responsable de la communication de la Fédération française des motards en colère (FFMC), le contrôle technique pour les 2 roues est une « aberration » car les conducteurs de deux roues entretiennent déjà très bien leurs véhicules et un contrôle technique serait presque redondant. Les accidents de la route impliquant des deux roues sont très rarement causés par des problèmes matériels ou techniques (moins de 1%) car les motards savent que l’entretien de leur machine est une question de sécurité sur le route. Ils sont généralement plus responsables que les automobilistes sur le point de la sécurité.